A  C  T  I  O  N  S


Nationales - voir aussi nos communiqués


________________________________________________________________________________________________

10 août : l'OLVO saisit le préfet du 93 au sujet de discours politiques à la Mosquée du Bourget

Monsieur le Préfet,

La Mosquée Al Imane, et son principal prédicateur, donne régulièrement des conférences à caractère politique dans ses locaux, ce qui, vous ne l’ignorez pas, est totalement interdit, eu égard à l’article 26 de la loi de 1905 ; « Il est interdit de tenir des réunions politiques dans les locaux servant habituellement à l'exercice d'un culte ». Vous trouverez un extrait probant de l’une de ces conférences (https://www.youtube.com/watch?v=Xrec0gIozVU&feature=youtu.be) sur Youtube, où, à la minute 24 :55, il est question de «Dénoncer l'islamophobie [qui] est un fait politique ... une lutte politique ».

En effet, les vidéos, et le planning des conférences sont librement accessibles sur la toile, sur le site suivant : http://dourous.net/qui-est-nader-abou-anas/. Le plus inquiétant, réside dans la gravité des propos tenus, à une période où une parole apaisée semblerait plus appropriée, plutôt que d’exciter un sentiment de victimisation propre à soulever davantage des individus contre la Nation.

Cet Imam est effectivement très connu pour ses prêches déplacés, dénoncé par les Français de confession musulmane, eux-mêmes : http://www.yabiladi.com/forum/mise-garde-contre-nader-abou-80-5674614.html, par notre association lors du salon de la femme musulmane de Pontoise, en septembre 2015, pour la violence de ses prédications concernant les femmes, « la femme ne sort de chez elle qu’avec la permission de son mari » et « si elle refuse d’accomplir le devoir conjugal sous l’injonction de son mari, alors il craque, c’est normal ». En d’autres termes, il justifie le viol conjugal ou les violences faites aux femmes !

Mais, il semblerait que ses vidéos et son site Internet soient toujours actifs, ce qui est vraiment regrettable, et que celui-ci reste libre d’agir en toute impunité et de convertir à une vision rétrograde, et incompatible avec notre République, de l’islam les personnes qui assistent à ses prêches, puisqu’il continue à sévir tous les vendredis à la mosquée du Pré-Saint-Gervais ….

Aussi, nous vous demandons de bien vouloir vous saisir de cette affaire et restons à votre écoute

 

Notre association se tient à votre disposition pour répondre à vos questions.

Veuillez croire en mes sentiments les plus respectueux.

__________________________________________________________________________________________________

09 août 2016 : l'OLVO saisit le préfet du 95 au sujet de défiscalisation de dons au profit de la construction d'une mosquée

Monsieur le Préfet,

Les associations AFMV et la Plume du partage organisent une soirée féminine dont l’objectif est la récolte de dons pour la construction de la mosquée de Villiers le Bel (voir image en PJ).

Ce qui a retenu notre attention, c’est que cette affiche comporte une mention tout à fait surprenante : « déduction fiscale 66% ».

Après appel téléphonique à vos services, il s’avère que l’AFMV ne bénéficie pas du statut d’association d’utilité publique, ni cultuelle, et ne peut donc prétendre à cet aménagement fiscal. J’en déduis qu’il s’agit donc de l’association La plume du partage.

Or, cette association présente une incohérence entre son objet déposé en préfecture : « créer des activités et des loisirs pour les adultes et enfants de tous âges, proposer du soutien scolaire de la maternelle au lycée, aider à l’orientation, organiser des divertissements pour les adultes et/ou les enfants, proposer des sorties, activités ludique et/ou sportive autour de l’enfant, proposer des ateliers autour de la parentalité, développer la connaissance de la diversité des cultures et ouvrir des dialogues intergénérationnels par le biais de rencontres, repas », sous le numéro R.N.A : W952008144, à but culturel et celui qu’elle affiche sur son propre site : « La Plume Du Partage a pour objectif d’aboutir à la réalisation d’un projet d’école confessionnelle musulmane en région parisienne. En effet, l’association a été fondé par un groupe de sœurs dont le souci a été de proposer à la communauté musulmane une structure où l‘enseignement de nos petits frères et sœurs serait en parfaite adéquation avec les valeurs de l’islam ».

Or, ce second objectif n’entre pas dans le cadre défini par la loi, encore moins quand les fonds récoltés lors de cette soirée ont pour objectif de financer un lieu de culte et entre en collusion avec l’art 19 de la loi de 1905 « Elles ne pourront, sous quelque forme que ce soit, recevoir des subventions de l'Etat, des départements et des communes».  Une déduction fiscale est bien un subventionnement déguisé.

Aussi, nous vous demandons de bien vouloir vous saisir de cette affaire et restons à votre écoute

Notre association se tient à votre disposition pour répondre à vos questions.

Veuillez croire en mes sentiments les plus respectueux.

_________________________________________________________________________________________________

07 août 2016 : l'OLVO saisit le ministère de l'intérieur au sujet de vacances cutuelles financées par VACAF

Monsieur le Ministre,

L’organisme de vacances voyages éthiques nous a été signalé pour une dérive.

En effet, l’un des séjours organisé du 21 au 28 août, dans les hautes Alpes, et agréé par la Caisse d’Allocations Familiales (VACAF), reçoit Aammi Hassan, prédicateur en attente d’expulsion depuis 2014, selon nos sources.

Ce constat pose deux problèmes au moins.

D’abord, le financement d’un séjour cultuel, ce qui est clairement énoncé par la brochure, dont l’intégralité des repas est Halal, qui ne favorise en rien le vivre ensemble, par la Caisse d’allocations familiales, nous semble contraire au principe de laïcité. D’ailleurs, la simple présence d’Aammi Hassan, dont les frais sont payés par l’organisme, en fait effectivement une infraction à l’article 2 : « la République ne rémunère, ne subventionne aucun culte ».

Ensuite, le maintien de cet imam sur notre territoire, condamné pour ses prêches  il y a près de deux ans, peut paraître choquante.  Ainsi, des familles venues pour un séjour spirituel, seront en prise directe avec cet individu, alors que l’on sait la dangerosité de ses propos. Prévenir la radicalisation passe aussi par un empêchement complet d’imams sur lesquels il ne fait aucun doute, ce qui est le cas ici. Banaliser cette présence lors de vacances en familles est le meilleur moyen de banaliser aussi ses paroles allant à l’encontre de nos principes républicains.

Aussi, je vous demande de bien vouloir veiller à ce que  cet individu ne puisse nuire lors de ce camp.

L’observatoire de la laïcité du Val d’Oise, saisit aussi, par envoie de copie de ce courrier, la Caisse d’Allocations Familiales concernant cet agrément qui doit être immédiatement suspendu. Il n’est pas du ressort de l’Etat de financer ce type de séjour, mais bien des individus qui le souhaitent de s’organiser en conséquence s’ils aspirent à une retraite spirituelle, lors de leurs congés d’été, de même qu’il semblerait déplacé que nous financions les JMJ …

Notre association se tient à votre disposition pour répondre à vos questions.

Veuillez croire en mes sentiments les plus respectueux.

Laurence Marchand-Taillade

Courrier en format pdf envoyé en copie à la CAF et au premier ministre

_________________________________________________________________________________________________

27 juillet 2016 : l'OLVO saisit le ministère de l'intérieur suite aux rumeurs d'un concordat avec l'Islam

Monsieur le Ministre,

Le canard enchaîné fait état d’une déclaration que vous auriez faite lors du séminaire gouvernemental, ouvrant le débat sur un concordat avec l’Islam. Vous auriez dit que "Tout en gardant mes principes républicains, je m'interroge sur l'usage vis-à-vis de l'islam d'un concordat tel que celui qui est en vigueur en Alsace-Moselle"

Cette déclaration, si elle s’avérait vraie, soulève trois questions immédiates.

D’abord, vous ne l’ignorez pas, notre pays est laïque, ce qui implique, selon l’article 2 de la loi de 1905 que « la République ne reconnait, ne subventionne, ne salarie aucun culte ». Est-ce donc une remise en cause manifeste de notre bien le plus précieux, de notre identité, à laquelle vous réfléchissez ? Auquel cas, les Français, majoritairement Charlie, qui ont compris que c’est sur nos fondamentaux que nous devions tenir, auront du mal à accepter que vous envisagiez de céder sur la seule digue qui nous permet encore d’affirmer notre particularité, et nos libertés individuelles, qui y sont directement liées, puisqu’il vous faudra aussi céder sur le blasphème, et donc notre liberté d’expression.

Par ailleurs, cette mesure prendrait la forme d’une discrimination entre les croyances, et donc les croyants, ce qui remet aussi en cause l’égalité de traitement entre les citoyens de notre Nation.

Enfin, le coût du concordat en Alsace Moselle (de l’ordre de 80 à 85 millions d’euros par an pour trois seuls départements) devrait vous mener à une réflexion sur l’impact d’une telle mesure sur nos finances publiques, qui mériteraient, sans nul doute, une plus juste répartition, mais à destination de nos écoles publiques et républicaines, qui sont l’une des clés pour former une nouvelle génération qui ne croit plus en  notre pays et ses valeurs, ce qui est le cas dans nombre de nos territoires perdus pour la République.

Notre pays n’a pas de problème avec l’Islam, ni avec une grande majorité de ses pratiquants, mais avec une forme sectaire, le salafisme, importée de pays étrangers, de tradition wahhabite souvent, qui financent ce culte et son implantation sur notre territoire. C’est donc par la remise en question de ces financements, leur interdiction la plus ferme que vous redonnerez son indépendance à l’expression d’une religion musulmane adaptée à nos valeurs. C’est aussi par la traque de ces intégristes, dont vous avez déjà les signalements, leur renvoi dans les pays qui nous les ont imposés, que l’action de l’Etat sera utile.

Nous avons des lois, faisons les respecter : l’article 35 de la loi de 1905 n’est plus appliqué, il permettrait pourtant de faire arrêter et condamner sévèrement tout ministre du culte qui se rendrait coupable d’ «  un discours prononcé ou un écrit affiché ou distribué publiquement dans les lieux où s'exerce le culte, [qui] contient une provocation directe à résister à l'exécution des lois ou aux actes légaux de l'autorité publique, ou s'il tend à soulever ou à armer une partie des citoyens contre les autres, le ministre du culte qui s'en sera rendu coupable sera puni d'un emprisonnement de trois mois à deux ans, sans préjudice des peines de la complicité, dans le cas où la provocation aurait été suivie d'une sédition, révolte ou guerre civile. » Ces prédicateurs sont les complices directs de la radicalisation de milliers de jeunes, leurs vidéos vues des centaines de milliers de fois … et ils sont libres de continuer ! Ces discours anti-Français sont le terreau de la guerre idéologique, maintenant violente, à laquelle nous devons faire face.

Aussi, je vous demande, par la présente, de bien vouloir reconsidérer ce projet, s’il est réel, ou de démentir, au plus vite, des propos que nous ne pouvons imaginer émaner d’un membre de gouvernement de gauche, progressiste et laïque par essence.

Notre association se tient à votre disposition pour répondre à vos questions.

Veuillez croire en mes sentiments les plus respectueux.


___________________________________________________________________________________________________

29 février 2016 : l'OLVO saisit la direction régionale de Pôle emploi concernant des dérives à Argenteuil et en IDF

Courriel à l'attention de Monsieur Philippe BEL

Cher Monsieur,

Je tiens à attirer votre attention sur un fait sérieux concernant, probablement, le pôle emploi d’Argenteuil.
Comme vous pourrez le lire, dans l’article du Parisien paru ce jour, l’une des employées de Pôle emploi a répondu présente au carrefour de l’emploi organisé par la Mosquée d’Argenteuil ce week-end.
Cette initiative, dont on ne sait pas si elle vient de la salariée en question ou de l’agence, pose quelques questions, dans les deux cas :
- La présence d’une organisation qui remplit une délégation de service publique à ce type de manifestation, au mépris complet de la loi de séparation des églises et de l’Etat ;
- Une salariée de ce même organisme se dit représenter pôle emploi et porte le voile, ce qui contrevient à son obligation de neutralité. D’autant qu’elle entretient un flou surprenant sur le fait qu’elle l’ôte lors de ses horaires de travail.
Ces faits sont particulièrement problématiques, eu égard aux autres « accommodements » dont j’ai été alertée dans d’autres agences :
- Paris 17è : salle de réunion transformée en salle de prière et interruption du travail aux heures prévues par le Coran ;
- Port d’insignes religieux lors de la réception du publique par des conseillers en Seine-Saint-Denis ;
- Aménagement du planning des jours fériés chômés, sans contrepartie salariale, pour les autres confessions que celles prévues au calendrier officiel, ce qui constitue une rupture d’égalité entre les salariés.

Je me tiens à votre disposition pour toute précision utile concernant ces faits inquiétants et me réserve le droit d’informer la presse de ces dérives.
Par ailleurs, je transmets ces informations au ministère de la fonction publique, en copie de ce mail.
Je vous prie d’agréer, cher Monsieur, l’expression de mes salutations les plus cordiales.

Laurence Marchand-Taillade
Présidente de l'observatoire de la Laïcité du Val d'Oise

______________________________________________________________________________________________

27 janvier 2016 : L'OLVO saisit les autorités compétentes concernant les prédicateurs de l'UOIF à Lille

_______________________________________________________________________________________________

19 janvier 2016 : l'OLVO saisit le Premier ministre au sujet de l'achat du mot "laïcité" par le CCIF et CoExister


_______________________________________________________________________________________________

12 janvier 2016 : L'OLVO lance la pétition demandant la démission de JL Bianco


_____________________________________________________________________________________________________________________________________
  • Pour les 30ans de Radio Notre Dame 100.7, une conférence est organisée durant trois jours, depuis l'amphithéâtre Cardinal Louis-Marie Billé (58 avenue de Breteuil dans le 7ème arrondissement de Paris) avec une série d'émissions en direct. Jean-Michel Quillardet a été invité à participer à l'émission La voix est libre le mardi 11 octobre de 9h à 10h. La voix est libre, rendez-vous quotidien avec l'actualité, aura pour thème « Les catholiques doivent-ils se laisser taper dessus ? ». 
  • Conférence publique. Quel dialogue voulons-nous construire, nous, organisations philosophiques et non-confessionnelles, avec l'Union européenne ? Jean-Michel Quillardet participera au colloque organisé au Parlement européen à Bruxelles le 20 octobre prochain de 14 à 18 heures (Salle A3G2) à l'invitation de Véronique de Keyser, député européen.
  • Le président de l’O.I.L.C.D.C., Jean-Michel Quillardet, est l'auteur d'une tribune « Une vision concordataire de la laïcité » publiée le 13 septembre dernier dans la Gazette des communes et traitant des quatre arrêts rendus cet été par le Conseil d'État qui transforment l'équilibre de la loi du 9 décembre 1905. Nous vous proposons de retrouver cet article ici : Gazette des Communes – 13 septembre 2011 ou encore en pièce-jointe.

  • Colloque : Laïcité et santé : un état des lieux, samedi 27 mars 9h-12h


    A l’Assemblée Nationale, salle "6217" située au 126 rue de l’Université – 2ème sous-sol.

    L’observatoire international de la laïcité contre les dérives communautaires a entrepris un cycle de colloques pour dresser un état des lieux de la situation de la laïcité en France. Principe constitutionnel, l’affirmation du respect de laïcité est reprise dans le code de santé publique (CSP) à l’article L6112-2. La charte du patient hospitalisé rappelle le droit à la liberté du culte. Pourtant, les faits divers mettant en cause des patients qui contestent les soins pratiqués ou qui expriment des exigences déraisonnables au nom de principes religieux se sont multipliés ces dernières années.

    Comment concilier à la fois le respect de la liberté du culte et l’administration des soins dans le respect des droits de chacun ?

    Accueil par Jean-Michel QUILLARDET, président de l’observatoire international de la laïcité contre les dérives communautaires

    Introduction par Dominique ORLIAC, député PRG du Lot, membre de la mission de refondation de la médecine libérale, Présidente du Conseil de l’Ordre des Médecins du Lot

    Intervenants :

    • Isabelle LEVY, Ecrivain et conférencière autour des rites, cultures et religions face aux institutions de santé,
    • Ina PIPERAKI, Ph.D, Enseignante-chercheuse en pharmacologie (Université d’Athènes) et également praticienne libérale,
    • Dr. Gérard TROUILLET, Président de la CME du Centre Hospitalier de Pontoise,
    • Dr. Walter Vorhauer, secrétaire général du Conseil national de l'Ordre des médecins,
    • Un représentant de l'agence de biomédecine.
  • Débat Sciences Po Paris le 17 février à 19H00

Jean-Michel QUILLARDET, président de l'observatoire International de la laïcité, participera le 17 février prochain à 19H00 à un débat sur la laïcité à Sciences Po Paris (26, rue Saint Guillaume, métro Saint Germain des Près) : réservations : observatoirelaicite@gmail.com

  • Colloque : Espace public et expression des convictions : Liberté, citoyenneté.

Le 23 janvier 2010 à 14 heures – 9 rue Pinel 75013 Paris.
Pour plus de détails, cliquez ici


  • Dîner-débat organisé par l'Observatoire International de la Laïcité le 09 février prochain

au restaurant Le Procope, sur la question du port du voile intégral.
Pour accéder au document d'inscription, cliquez ici

________________________________________________________________________________

Locales

Lettre à Francis DELATTRE, sénateur maire de Franconville le 9 octobre 2012 :


Monsieur,

J'ai suivi votre travail sur la question relative à la rupture d'équité entre les salariés du secteur public précédemment posée en mars dernier.

Le sujet intéresse nécessairement les membres de l'observatoire de la Laïcité du Val d'Oise, que je représente.
Aussi, nous nous réjouissons de votre nouvelle tentative pour rétablir une égalité de droits entre les salariés et, surtout, l'arrêt d'une discrimination basée uniquement sur des distinctions religieuses qui n'ont pas lieu d'être dans notre république Laïque.

Je resterai attentive à la suite de cette actualité et serai heureuse que vous me teniez informée de toute avancée sur le dossier, afin de la partager avec les membres de l'observatoire de la Laïcité.

Je ne manquerai pas, aussi, de vous faire part des prochaines rencontres organisées par notre structure, auxquelles vous serez le bienvenu pour nous faire part de vos remarques et propositions sur la question Laïque.

Cordialement,

Laurence MARCHAND-TAILLADE
Présidente
Observatoire de la Laïcité du VAL D'OISE
www.observatoirelaicite95.org 

_________________________________________________________________________________________________

L'observatoire de la Laïcité est invité à donner sa prochaine conférence, en partenariat avec la direction des actions culturelles de la ville de Gonesse et le comité des femmes, association dirigée par Ilham MOUSTACHIR.
Celle-ci aura lieu le 17 septembre 2010 à 20h00, salle Jacques BREL.
Le thème abordé sera la Laïcité et les femmes.

______________________________________________________________________________________________________________

Lancement de l'observatoire de la laïcité du Val d'Oise le 12 mars 2010 à 20H30 à ERAGNY

Quelques photographies de la soirée dans l'album


Associations amies

OBSERVATOIRE INTERNATIONAL DE LA LAÏCITÉ CONTRE LES DÉRIVES COMMUNAUTAIRES